Cacophonie

Le bal des pelleteuses. Photo MR

Il est 2 heures de l’après-midi, rue belle rose. Ça martèle, cogne, tambourine. La rue a des allures de champ de bataille. Le bitume est perforé, les bâtiments sont grillagés, et des tas de sable jonchent le sol. Des ouvriers s’activent sur la voirie. Objectif : « aménager la rue en sens unique et planter quelques arbres sur les bas-côtés. » C’est du moins ce qui était prévu dans les plans initiaux, mais de l’aveu des riverains, il n’est pas impossible que ça change. Ce ne serait pas la première fois. « Prenez ces bâtiments en face. Au départ, ils étaient prévus sur deux étages et plus éloignés de nos maisons ! »

Trois ans que du lundi au vendredi, de 8 heures à 17 heures, l’orchestre des marteaux-piqueurs, des pelleteuses et des foreuses improvise ses meilleurs morceaux devant leur porte. « Moi je suis un peu sourd, ça a des avantages parfois », rigole un riverain. Aujourd’hui, l’humeur est à la plaisanterie. Sans doute parce que le week-end approche. A partir de 16 heures, le vendredi, le quartier connaît un peu de répit. Mais rebelote, dès lundi matin.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Julie BECKRICH et Maud RIEU