D’une nature en friches à un paradis vert

Place boisée au centre des BT 14, 16 et 19.

Il y a quelques années les BT étaient bordés de platanes et sapins. Photo Bruno Quendolo 24*36

Mais où sont donc passées les allées de tilleuls et de peupliers qui ont valu à Yves Farge de porter de jolis noms fleuris : la rue des Muriers, la rue des Marronniers ou celle des Mimosas ?

Si le quartier arborait autrefois de grands sapins et des allées foisonnantes d’arbres fruitiers, le domaine est aujourd’hui en friches. Avant que la verdure ne pousse verticalement et devienne mobile ?

Flânerie le long de l’avenue Robert Schuman : des arbres épars et dégarnis, de jeunes pousses entre des monticules de gravats, des chantiers et des hangars en attente de rénovation. Les pas empruntent spontanément le tracé des pistes cyclables qui quadrillent le secteur. Elles ont poussé plus vite que les boutures. Malgré les herbes folles, le gris du béton domine. Sur le bitume et les murs des bâtiments, des tentatives de décorations ça et là : des dessins, des affiches, des témoignages, tels de petites touches de vie fluos sur un camaïeu de gris, réalisées par les associations du quartier qui espèrent changer la donne. Des détritus ponctuent par endroits les petits îlots de verdure. Cette nature triste désespère Yves Farge, mais ses habitants font preuve d’une grande patience à l’égard de cette austérité.

Dans cette ambiance de chantier s’annonce un renouveau. Le plan local d’urbanisme prévoit une part belle à la végétation et des concepts novateurs. Le royaume de Bègles voit grand pour ses sujets. Fini le règne des ordinaires parterres de gazon ! La verdure sera grimpante et envahira les façades. Les bâtiments de la rue Belle Rose seront ornés de plantes et de toits végétalisés. Mais il ne sera pas facile de promener une poussette ou de faire prendre l’air à son chien sur des façades !

Qu’importe ! Un « jardin long » partira du boulevard Jean-Jacques Bosc, longera le BT et se terminera au stade Duhourquet. Lucie Ibos, chargée des espaces verts à la mairie, annonce qu’il « sera placé sous les thèmes de la culture et du sport ». Aucune infrastructure précise prévue pour le moment, simplement un concept. Tout est permis, alors osons ! La nature sera même « nomade ». Sur l’esplanade des musiques, devant les BT 14, 16 et 19, des arbres seront plantés dans des wagonnets sur des rails. Cela permettra de les déplacer en fonction des évènements. Les habitants pourront aussi se retrouver sur les bancs du parc urbain, la petit carré de verdure prévu en place et lieu du terrain de foot. Gageons qu’ils se bousculeront dans sa végétation variée, ses « prairies fleuries » et ses jeux pour enfants…

Si la nature est désolée actuellement à Yves Farge, on nous promet un avenir enchanteur. Le pari est ambitieux.

Anaïs CROUZET

A lire aussi, les habitants parlent du manque d’espaces verts.