Eliane et Lionel : « Tout augmente sauf nos pensions »

La fresque familiale est sous cadre dans le salon. Et l’histoire racontée est belle. Parents, enfant, belle-fille et petits-enfants. Les photos de tout ce petit monde sont posées sur le buffet. C’est la fierté d’Eliane et Lionel, 61 et 63 ans. Ils vivent là, en rez-de-chaussée des cubes de béton dessinés par Bernard Bühler. Avec Brigand, leur chien vautré sur son canapé bleu. Ils y ont emménagé en décembre 2006, après trois décennies passées dans la tour D : « On voulait être relogés dans le quartier car les commerces et les transports en commun sont à proximité. C’est plus calme, comme lors des premières années dans la tour. » Leur fils vit à Auch avec son épouse et leurs deux enfants. L’ascenseur social a fonctionné. « Ils sont propriétaires d’une belle maison. Ils s’en sortent bien », se réjouit Lionel, ancien plombier. Lui et Eliane affrontent le quotidien avec plus de difficultés : « Nos revenus ont été divisés par deux avec la retraite. » Alors Eliane continue de faire des ménages. Trois jours par semaine. « A part les pensions, dit-elle, tout augmente. »

Bertrand COURREGE