Jeanne: « C’était si lumineux avant »

Appuyée sur sa canne, Jeanne monte difficilement les marches jusqu’au 4ème étage du bâtiment B. La vaisselle est faite. Le salon est un peu en désordre, « à cause des travaux », s’empresse t-elle de préciser. A 87 ans, elle vit dans l’appartement 108 depuis 44 ans. Sur la tapisserie fleurie, deux traces plus claires gardent le souvenir de tableaux décrochés. « Quand ils tapent pendant les travaux, ils font tomber les objets », alors Mme Landa retire les plus fragiles. Dans la cuisine, un vaisselier de 1920 qui appartenait à son grand-père. A côté, une pendule donne la cadence. « Une pendule allemande, c’est mon mari qui était allemand. » Jeanne a été mère au foyer puis secrétaire chez un médecin. Aujourd’hui, elle vit avec deux de ses fils, revenus à la maison. « C’était si lumineux avant » regrette t-elle, à la vue des nouvelles terrasses et des claire-voies qu’on leur a installées. « Mais pourquoi ont-ils entrepris des travaux si importants avec les gens à l’intérieur? ».

Anthony CERVEAUX