La place des Terres Neuves au coeur de la métropole

Le quartier des Terres Neuves ne se construira pas en un jour. Plusieurs plans d’urbanisme s’y sont succédé. La place « déstructurée » de Tania Concko tranche avec la vision de Michel Cantal-Dupart, auteur de l’idée initiale.

Tania Concko a imaginé la future place des Terres Neuves. Document Tania Concko.

Au départ, l’architecte souhaite une porte de Bègles bien marquée, à l’image des barrières historiques. « Une entrée de ville, c’est accueillant. C’est des façades, des balcons, des gens qui regardent à la fenêtre », répète Michel Cantal-Dupart. Autour de l’axe central du tramway, il imagine une place, petite, cernée de commerces et d’habitations. Mais le schéma directeur revient à Tania Concko, la lauréate du concours international de l’aménagement des Terres Neuves Nord (dont la cité Yves Farge). Exit Cantal-Dupart. Elle conçoit alors l’espace différemment, en ne le réservant pas aux Béglais, bien au contraire.

Pas d’entrée, ni de sortie

Construire une nouvelle porte pour Bègles ? Pour Tania Concko, il n’en est pas question. Tout en approuvant l’arrivée du tram, qu’elle juge indispensable pour que la ville se transforme, elle décide « de partir sur des bases et des dynamiques différentes ». « Je voulais quitter l’idée du rapport ville-ville pour aller vers un cadre beaucoup plus large : c’est la réalité de demain de ce site », explique-t-elle. Euratlantique, la LGV, des projets qui, selon l’architecte, doivent donner au quartier une autre dimension. « La place des Terres Neuves devient à mon sens un territoire de flux, à l’intérieur de la métropole. Je n’ai pas voulu la regarder comme une entrée de ville. Car cela sous-entend qu’il y ait une sortie quelque part, et ça ne m’intéresse pas du tout. »

Document Tania Concko.

Tania Concko imagine un nouveau quartier des Terres Neuves vaste, séquencé, avec de multiples entrées. « Un espace atypique, complètement autre, qui ramène en ville la notion de secret et d’espaces cachés à découvrir ». Un lieu minéral pour accueillir un public venu de toute l’agglomération.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Une place sur laquelle se dresseront trois immeubles imaginés par le cabinet Tania Concko, livrés en 2011. Des logements « flexibles, innovants, un peu comme des lofts, qui feront venir des gens qui trouveraient ce mode d’habitation nulle part ailleurs », assure -t-elle.

Des choix auxquels la population locale ne sera pas conviée. Michel Cantal-Dupart déplore le manque d’espaces de rencontre dans le travail de celle qui lui a succédé. « Tania Concko a privilégié l’architecture-objet aux espaces publics. Le projet manque de structure, de rues, de trottoirs. Elle en fait un lieu où l’on vient travailler, et non se promener ». Tania Concko, elle, assure qu’un réel travail sur les placettes, parvis, et commerces aux rez-de-chaussées est en marche, comme avec la place des Terres Neuves.

Des espaces publics qui, selon elle, créeront du lien social dans le quartier. Reste à savoir comment les habitants s’en saisiront. « L’alchimie de la ville est bien plus complexe que celle que nous pouvons projeter. Il faut qu’elle soit appropriée, et ça, malheureusement, on n’en est jamais garants. »

Julie URBACH